Chat Box
77.146.2.j'ai fait mon temps de re
77.146.2.c'est possible ou pas sel
90.89.45.le dimanche et t il payer
90.89.45.

Cliquez ici pour entrer


Il y a 0 personnes connectées.
Forums Infos
Les plus téléchargés
Ephémérides
En ce jour...
1644
Victoire des troupes d'Olivier Cromwell sur les troupes royalistes en Angleterre.
1900
Première ascension en zeppelin.
1974
Mort de Juan Domingo Peron, président de la république argentine.
2008
lors de l’Opération Jaque menée par l'armée nationale colombienne soit six ans et demi après son enlèvement, Íngrid Betancourt est libérée.
2020
St Martinien
Activité du Site

Pages vues depuis 31/12/2010 : 956 480

  • Nb. de Membres : 11
  • Nb. d'Articles : 109
  • Nb. de Forums : 0
  • Nb. de Sujets : 3
  • Nb. de Critiques : 0

Top 10  Statistiques


09 Oct 2013

Gare routière d'Orléans

Communiqué de presse du collectif transport CGT  de l’Union Départementale CGT Loiret

 

Le drame qui a eu lieu lundi matin 7 octobre en gare routière d’Orléans suscite une très vive émotion au sein de tous les conducteurs.

L’ensemble des syndicats et sections syndicales s’associe à la douleur de la famille du jeune étudiant décédé.

 

Cette gare routière a été construite dans les années 1990.

Depuis cette date, le trafic a constamment progressé, plus de 350 cars circulent à l’arrivée et au départ de ce site et cela sans règle de sécurité pour les usagers comme pour les conducteurs.

 

L'espace et l' infrastructure de la gare routière ne sont pas adaptés pour un tel trafic. Ce site est saturé depuis des années, et depuis des années aucunes dispositions concrètes de sécurité n'à été prises .

Pourtant des multiples réclamations des conducteurs ont été faite et aucune n'a abouti, l'organisation du site  n’a jamais fait l’objet d’une remise en cause sérieuse des pouvoirs publics.



Les conducteurs et les organisations syndicales n'ont eu de cesse d'alerter leurs entreprises respectives de transports  sur les risques de danger permanent occasionné par la circulation des bus et la proximité des usagers :

 

  • Les manœuvres des bus sont limités par des périmètres très restreins de circulation,
  • Il n’y aucune  voie de sécurité spécifique pour les voyageurs, les usagers se déplacent, ce qui créé aussi de l’insécurité et du stress pour les conducteurs.
  • Sur place, les bus ne sont pas régulés, aucune organisation logistique existe pour gérer le trafic continuel des bus.
  • Alors que leur charge de travail ne cesse d'augmenter, les conducteurs subissent une pression constante, facteur de stress quant au respect des horaires

 

Ce site est saturé :

-          28 lignes existes,

-          Plus de 300 cars utilisent la gare routière de façon régulière, 25 000 élèves du département utilisent le réseau, sans parler des autre usagers.

La gare routière n'est pas  aux  normes de sécurité pour un tel trafic, mais rien n'a été fait, les conducteurs ne sont pas écoutés.

 

Au nom de la concurrence,  le Conseil général a fait le choix de multiplier les entreprises de transports pour assurer la délégation de service public . Ce sont au total huit entreprises qui assurent le transport public.

Cette concurrence permet au conseil général de tirer les prix du transport au plus bas au détriment de la sécurité des voyageurs et des conditions de travail des conducteurs.

 

Du fait de cette multiplicité des transporteurs, les conducteurs n’ont jamais de retour sur leur demande relatant  les problèmes de sécurité constatés au quotidien.

A cout terme, les conducteurs consultés demandent en  urgence  la sécurisation de  la gare routière pour que plus jamais se reproduise un tel drame.

 

La CGT demande dans l'urgence  la création de poste de  régulateurs  en nombre suffisants  afin de gérer humainement le trafic des bus dans cette gare routière dans l'intérêt des usagers et des conducteurs.

Leur présence physique permettrait de sécuriser immédiatement  le site et de redonner confiance aux usagers des transports publics.

 

Les conducteurs et les usagers  sont en attente d’un acte fort de la part des pouvoirs publics.

 

Ce drame pour la CGT est avant tout de la responsabilité des pouvoirs publics et non du salarié incriminé. 

 

En effet, Chaque année le trafic augmente et aucune mesure concrète n'a été mis en place  pour sécuriser le site et cela malgré les réclamations des salariés concernés.

 

 

 

                                                                                                              Fait à Orléans le 8 /10/2013



Précédent |  Suivant

Temps : 0.1108 seconde(s)